Einstein ou la relativité de la commercialisation touristique

Les deux villes ont une cathédrale et les deux ont hébergé Albert Einstein, souvent qualifié de «première pop star de la physique». Mais alors que cet héritage est encore quelque peu négligé à Ulm, en Allemagne, Berne, la capitale suisse, mise énormément sur Einstein pour attirer les visiteurs. Même trop, selon un descendant du génie de la physique. Guide touristique à Ulm, Karl Höb suscite d’emblée l’étonnement. «Ici, pouvez-vous traverser les murs?», demande-t-il en guise de salutation. Or à cet endroit, le terme de mur est tout relatif, car les murs de la maison natale d’Albert Einstein, près de la gare, n’existent plus. Ils sont symbolisés sur le sol par des pavés. Le bâtiment a en effet été totalement détruit pendant la Seconde Guerre mondiale et seul son emplacement est indiqué dans l’actuelle zone piétonne.  Karl Höb nous accueille, Dirk Homburg, responsable de l’Office du tourisme d’Ulm et moi-même, dans la partie de la «maison» qui est encore …
Den ganzen Bericht lesen unter: Politique – SWI swissinfo.ch